Systèmes de toiture

1. Toit avec chevrons (et pannes)

Les toits à pannes sont définis comme tels lorsqu’il y a plus de deux appuis verticaux. Cela signifie qu’il doit y avoir au moins deux pannes sablières et une panne faîtière. Les pentes habituelles des toits à pannes sont d’environ 15° – 45°.

Système statique

Un toit avec chevrons et pannes possède un système statique simple. Les changements de chevrons peuvent être définis sans problèmes majeurs. Grâce à la dissipation des forces, le toit se comporte mieux. Les chevrons sont principalement soumis à des charges de flexion. En raison des charges verticales, seules les réactions d’appui verticales se produisent au niveau des points d’appui.

Point de faîtage

Les toits avec chevrons et pannes doivent comporter un jeu au niveau du faîtage pour éviter que les chevrons ne frottent les uns contre les autres. Si les chevrons devaient reposer les uns contre les autres, cela modifierait le système statique. Dans le cas d’une panne faîtière, le jeu est purement constructif. Il empêche les chevrons de se toucher en raison du gonflement et du rétrécissement. Sans panne faîtière, le jeu est statiquement requit. Dans ce cas, le jeu nécessaire est spécifié dans les remarques préliminaires de la note de calcul. Dans le chapitre ”Situation au faîtage”, vous trouverez plus d’informations à ce sujet.

Si un mi-bois est créé au niveau du faîtage, le système statique est modifié et il faut s’attendre à une articulation au point de faîte.

Entrait retroussé

En utilisant un entrait retroussé, les deux chevrons séparés par un jeu sont reliés l’un à l’autre. En raison du changement du système statique, les charges se déplacent. La force portante sur les pannes intermédiaires est supérieure d’environ 10 à 13 %. Les autres forces aux appuis s’en trouvent naturellement réduites. Vous trouverez de plus amples informations sur les entraits retroussés au chapitre ”Assemblage des entraits retroussés ou moisés aux chevrons et de la panne intermédiaire”.

 

 

2. Chevrons simples

Les toits à chevrons autoporteurs ont toujours exactement deux appuis verticaux. Cela signifie qu’un jeu est nécessaire au niveau du faîtage. Si des pannes intermédiaires supplémentaires sont utilisées, il ne s’agit plus d’un toit avec chevrons autoporteurs. Il s’agit d’une forme mixte, qui est plutôt à classer dans la catégorie des toits à pannes en raison du nombre d’appuis, peu importe si des crampons sont utilisés. Les toits à chevrons autoporteurs ont une pente commune d’environ 30° à 60°.

Système statique

Les chevrons d’un toit avec chevrons autoporteurs se soutiennent les uns les autres, de sorte que le système s’écarte. Cela crée des forces horizontales qui doivent être absorbées par les appuis. Les charges verticales créent des charges verticales et horizontales dans les appuis. Les chevrons reçoivent principalement une force normale et ont donc tendance à se déformer.

Sparrendach01

Point de faîtage

Comme un toit avec chevrons autoporteurs ne comporte que deux appuis verticaux, un joint au faîtage est absolument nécessaire. L’articulation sert à transférer les forces normales et de cisaillement. Vous trouverez de plus amples informations sur la situation des faîtage dans le chapitre ”Situation de faîtage”.

Entrait retroussé

Le système des toits à entraits retroussés est plus stable que celui des toits à chevrons. Cela signifie que des portées plus importantes sont possibles. Il faut tenir compte des éventuelles charges permanentes supplémentaires sur l’entrait retroussé. Dans le chapitre ”Assemblage de l’entrait retroussé ou moisé au chevron et de la panne intermédiaire”, vous trouverez plus d’informations sur les entraits retroussés.

Les commentaires sont fermés.